Équipe Marie-Josée Savard

Équipe Marie-Josée Savard veut contribuer à rebâtir la confiance des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale

Le 22 octobre 2021

Conférence de presse, 22 octobre 2021

Le Québec dénombre 17 féminicides depuis le début de l’année 2021 et le quart des crimes commis contre la personne ont pour toile de fond un contexte de violence conjugale. En matière d’agressions sexuelles, seulement 5 % des agressions sont dénoncées aux autorités  selon l’Enquête sociale générale sur la victimisation. Le mouvement #MeToo de 2017 et la récente vague de dénonciations témoignent de la difficulté pour les victimes à faire confiance au système actuellement en place.

Un comité provincial d’experts recevait, en avril 2019, le mandat d’évaluer les mesures actuelles et d’étudier celles pouvant être développées afin d’assurer un accompagnement plus soutenu et qui répondrait mieux aux réalités des victimes d’agressions sexuelles ou de violence conjugale. En décembre 2020, ce comité a déposé son rapport intitulé Rebâtir la confiance.

La recommandation 15 de ce rapport suggère de mettre en place un projet pilote de Centre de services intégrés pour les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. « S’il est possible d’amoindrir le traumatisme vécu, de réduire le stress associé à la dénonciation, de mieux soutenir les victimes et de les aider à retrouver leur estime de soi, nous devons le faire et la Ville fera sa part avec mon équipe à sa tête », a déclaré Mme Savard.

À terme, un Centre de services intégrés pour les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale regroupera sous un même toit diverses expertises qui permettront :

  • D’assurer un accompagnement multidisciplinaire plus soutenu qui répondrait mieux aux réalités des victimes d’agressions sexuelles ou de violence conjugale;
  • De développer et faciliter le processus de rétablissement des personnes;
  • De maintenir et bonifier un créneau d’expertises en agressions sexuelles et en violence conjugale.

« Au mois de juin dernier, l’administration municipale avait fait part de sa volonté de mettre en place le Centre de services intégrés pour les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. À titre de mairesse, je m’engage à contribuer à rebâtir la confiance. Je veux concrétiser cette recommandation et faire de la Ville de Québec le lieu d’accueil pour le déploiement de ce projet pilote. Il faut s’assoir avec les partenaires pour déterminer les modalités », a déclaré Marie-Josée Savard.

Aussi,un Centre de services intégrés pour les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale saura mieux identifier l’ensemble des besoins des victimes et leur apportera le soutien et les interventions qui leur seront nécessaires en offrant :

  • Des services d’accompagnement psychosocial;
  • Des services d’évaluations médicales spécialisées;
  • Des services d’accompagnement juridique;
  • Des rencontres policières;
  • Un accompagnement lors de la passation de la trousse médicolégale;
  • Un suivi systématique des dossiers.

Le Centre de services intégrés pour les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale sera un concept unique qui assurera un leadership en matière de développement de bonnes pratiques tout en étant un lieu de formation, de développement de connaissances et d’expertises du traitement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. « Ainsi, nous souhaitons offrir un lieu où l’interdisciplinarité permet une approche adaptée aux besoins des victimes », a souligné Mme Savard.

Pour assurer le succès du projet pilote, Équipe Marie-Josée Savard s’engage à ce que la Ville de Québec et son service de police travaillent de concert avec les partenaires institutionnels, de même que ceux de la santé et du milieu communautaire, afin de concrétiser ce projet sur le territoire de la ville de Québec.

« Je veux que la Ville soit un chef de file dans ce projet novateur. En plus, mon équipe souhaite, en collaboration avec les organismes qui œuvrent auprès des femmes, rédiger une entente spécifique qui nous permettra de mieux les soutenir et les accompagner. À cet effet, nous prenons l’engagement, tel qu’inscrit dans le Plan d’action solidaire 2021-2025, de désigner une répondante au dossier sur la condition féminine », a affirmé Mme Savard.